Accueil » Emilie Dequenne a-t-elle survécu à une forme rare de cancer ? Découvrez tout sur la rémission d’un corticosurrénalome !

Emilie Dequenne a-t-elle survécu à une forme rare de cancer ? Découvrez tout sur la rémission d’un corticosurrénalome !

Picture of Enzo

Enzo

Coach Sportif

Emilie Dequenne, l’actrice belge talentueuse, a-t-elle vaincu un ennemi redoutable, le corticosurrénalome ? Plongez dans le récit captivant de sa lutte contre cette forme rare de cancer et découvrez l’incroyable histoire de sa rémission. Préparez-vous à être émerveillés par le courage et la persévérance d’une femme face à l’adversité médicale.

Emilie Dequenne a-t-elle survécu à une forme rare de cancer ?


En avril dernier, la comédienne Emilie Dequenne a annoncé qu’elle était en rémission d’un cancer rare appelé corticosurrénalome. Cette nouvelle a suscité beaucoup d’intérêt et de questions sur cette maladie peu connue. Dans cet article, nous allons explorer ce qu’est le corticosurrénalome, les symptômes associés, les examens nécessaires pour le diagnostiquer et la prise en charge de la maladie.

Qu’est-ce que le corticosurrénalome ?


Le corticosurrénalome est une tumeur rare qui se développe à partir du cortex des glandes surrénales. Ces glandes, situées au-dessus de chacun des reins, font partie du système endocrinien et produisent des hormones essentielles au bon fonctionnement du corps. L’incidence de cette maladie est très faible, seulement de 1 à 2 cas par million d’habitants.

Quels sont les symptômes du corticosurrénalome ?


Dans de nombreux cas, le corticosurrénalome ne présente aucun symptôme apparent. Cependant, lorsque la tumeur affecte la production d’hormones, certains signes peuvent se manifester. Ces symptômes incluent un visage rouge et arrondi, une prise de poids, des amas de graisse derrière le cou et au niveau du tronc, des vergetures sur l’abdomen, les cuisses et les bras, des ecchymoses fréquentes, une ostéoporose, des troubles du sommeil, une tendance dépressive et des troubles de la concentration.

Comment diagnostiquer un corticosurrénalome ?


Le diagnostic du corticosurrénalome nécessite plusieurs examens. Tout d’abord, une prise de sang et un recueil d’urine sont effectués pour mesurer les taux d’hormones et détecter un éventuel excès. Ensuite, des examens radiologiques tels que le scanner et l’IRM permettent d’évaluer la taille et l’étendue de la tumeur. Il est important de souligner que la prise en charge du corticosurrénalome doit se faire dans des Centres Spécialisés, par une équipe multidisciplinaire comprenant des endocrinologues, des oncologues, des radiologues, etc.

Comment est traité le corticosurrénalome ?


Le corticosurrénalome est une maladie agressive qui peut entraîner des rechutes, une extension locale et des métastases à distance (foie, poumons, os, etc.). Le choix des traitements dépendra du stade de la maladie et sera discuté lors d’une réunion de concertation multidisciplinaire. Dans les cas de petites tumeurs pouvant être totalement réséquées, le pronostic est meilleur avec un taux de survie à 5 ans de 36%. Cependant, pour les stades plus avancés, le pronostic est sombre. Une surveillance régulière est nécessaire pour détecter d’éventuelles rechutes.


Emilie Dequenne a réussi à surmonter le corticosurrénalome, une forme rare de cancer. Bien que cette maladie soit agressive, une prise en charge spécialisée et une surveillance étroite permettent d’améliorer les chances de rémission. Il est essentiel de sensibiliser le public à cette maladie peu connue afin de favoriser un diagnostic précoce et une meilleure prise en charge.

Table des matières