Accueil » Cannabis : Les pharmacies autorisées à vendre des compléments alimentaires et cosmétiques à base de cannabis ?

Cannabis : Les pharmacies autorisées à vendre des compléments alimentaires et cosmétiques à base de cannabis ?

Picture of Enzo

Enzo

Coach Sportif

Découvrez comment les pharmacies pourraient bientôt proposer des compléments alimentaires et des cosmétiques à base de cannabis ! Une avancée inédite qui promet de révolutionner le secteur.

Les compléments alimentaires et cosmétiques à base de cannabis bientôt disponibles en pharmacie

Au cours d’un atelier organisé vendredi par la Fédération marocaine de l’industrie et de l’innovation pharmaceutique (FMIIP), Mohammed El Guerrouj, directeur général de l’Agence nationale de réglementation des activités relatives au cannabis (ANRAC), a clarifié la question de la vente des compléments alimentaires et des produits cosmétiques à base de cannabis.

La distribution de ces produits sera strictement encadrée et réservée aux pharmacies, selon les déclarations de Mohammed El Guerrouj. L’ANRAC collabore activement avec la Direction des médicaments et de la pharmacie (DMP) afin de mettre en place les modalités de cette distribution, conformément à la législation en vigueur.

Une réglementation stricte pour la commercialisation des produits à base de cannabis

La législation en vigueur est sans ambiguïté : la commercialisation et la distribution des produits à base de cannabis doivent s’effectuer uniquement dans des lieux autorisés, en particulier les pharmacies, pour ce qui concerne les compléments alimentaires et les produits cosmétiques.

Cette réglementation vise à garantir la traçabilité et la sécurité de ces produits, ainsi que la qualité des ingrédients utilisés.

Des défis logistiques pour la vente en pharmacie

Mohammed El Guerrouj a également abordé la question de la vente d’autres produits à base de CBD, tels que la farine, le chocolat, les bonbons et les boissons. Dans ces cas, la vente en pharmacie pourrait nécessiter des équipements supplémentaires, tels que des réfrigérateurs, entraînant des coûts supplémentaires.

Cela soulève la question de l’adaptation des pharmacies à ces nouvelles exigences logistiques, ainsi que celle des coûts engendrés pour les opérateurs et les consommateurs.

Exploration de nouvelles possibilités de vente

Malgré les défis logistiques, l’ANRAC examine toutes les possibilités pour assurer un marché stable aux opérateurs qui souhaitent commercialiser ces produits à base de cannabis. Cela inclut l’exploration de la vente dans des points de vente spécialisés ou en grande surface.

L’objectif est de permettre aux opérateurs de trouver des solutions adaptées à leurs besoins et d’offrir aux consommateurs une accessibilité optimale à ces produits.

Une décision prise en concertation avec les parties prenantes

Mohammed El Guerrouj a souligné que toutes les décisions concernant la vente des compléments alimentaires et des produits cosmétiques à base de cannabis seront prises en concertation avec les parties prenantes. Il est essentiel d’inclure les acteurs du secteur pharmaceutique et de la distribution pour garantir une mise en œuvre cohérente et efficace des nouvelles réglementations.

En conclusion, la vente des compléments alimentaires et des produits cosmétiques à base de cannabis sera strictement réservée aux pharmacies, conformément à la législation en vigueur. L’ANRAC travaille activement avec les autorités compétentes pour définir les modalités de cette distribution, tout en explorant de nouvelles possibilités pour répondre aux besoins des opérateurs et des consommateurs.

Table des matières